La Boule de Cristal

Nomancie

Divination par l’étude des noms.

Les pythagoriciens prétendaient que les caractères, les actions et les succès des hommes étaient conformes à leur destin, à leur génie et à leur nom.

Platon parait incliner aussi vers cette opinion, qui se trouve également exprimée à diverses reprises dans les poésies d’Ausone.

Une des règles de cette science parmi les pythagoriciens était qu’un nombre pair de voyelles dans le nom d’une personne signifiait quelque imperfection dans le coté gauche, et qu’un nombre impair signifiait une défectuosité du coté droit. Ils estimaient aussi que, de deux personnes, celle-là était destinée à être la plus heureuse dans le nom de laquelle la somme des lettres numérales additionnées ensemble (suivant le numéro d’ordre qu’elles portent dans l'alphabet) donnait le chiffre le plus élevé.

Pour tirer des inductions des noms, l’onomancie décomposait les noms soit lettre à lettre, soit en en faisant des anagrammes. On cite deux modèles d'anagrammes prophétiques dans l'histoire de France : l’anagramme du nom de l’assassin d’Henri III, Frère, dit Jacques Clément, on l’on trouve : c’est l'enfer qui m'a créé. L’anagramme de Louis quatorzième, roi de France et de Navarre, va, Dieu confondra l’armée qui osera te visiter.

On trouve dans l’histoire quelques exemples singuliers d’onomancie, et l’on a enregistré dans les annales de divers pays la fatalité qui semble s’attacher à certains noms de souverains, tels que celui d'Auguste dans l'empire romain d’Occiclent, Constantin dans l’empire romain d’Orient, celui de Henri en France, etc...

 

Tiré de 'L'art de tirer les cartes' par Antonio Magus, 1875.

Boule de Voyance
Boule Magique Amour
Boule de Cristal